Dans Les Coulisses Des Rockettes Au Spectacle De Noël De Radio City Music Hall

Au sous-sol de l'église St. Paul the Apostle, à quelques rues à l'ouest de Columbus Circle, à Manhattan, Julie Branam crie au-dessus de la musique.

«Je veux voir Merry Christmas de la taille aux pieds!» Branam, réalisatrice et chorégraphe du «Spectacle de Noël avec les Radio City Rockettes» et elle-même ancienne Rockette, fait les cent pas devant les rangées de danseurs. "Je ne veux pas que quiconque voit à quel point c'est difficile!"

Un peu moins d'un mois avant la soirée d'ouverture au Radio City Musical Hall, domicile des Rockettes, une institution new-yorkaise depuis 1932 (bien que la troupe de danse de précision ait commencé à jouer comme «Missouri Rockets» à 1925). Les Rockettes se produisent devant plus d’un million de personnes lors de la course hivernale annuelle de huit semaines «Spectacle de Noël».

Le calcul est stupéfiant: avec les performances de 195 prévues cette saison, Radio City accueille parfois jusqu'à cinq spectacles par jour. Deux moulages de danseurs 40 se comparent aux performances.

En répétition, cependant, ils sont tous ensemble, en pantalon noir et en débardeur Rockette, en riant des blagues alors même qu'ils tiennent leurs bras rigides, figés.

Mike Pont / Getty Images

«Soyez quand même gentil et humain», leur rappelle Branam. Le batteur (répétition est accompagné d'un kit et d'un piano et, occasionnellement, des cloches de traîneau) joue un rimshot.

Precision est la carte de visite fascinante des Rockettes, aussi emblématique et inséparable de l’équipe que de leurs coups de pieds. Les auditions annuelles proviennent d'un groupe de femmes qui doivent satisfaire à deux exigences absolues: l'âge (dix-huit ans ou plus) et la taille (5'6 »à 5'10½»). En règle générale, les rockettes sont grandes pour les danseurs - les ballerines ont une taille moyenne juste sous 5'5. »Mais l'illusion qu'elles sont toutes de la même hauteur est accomplie avec un peu de magie de théâtre: la plus haute position au centre de leur les règles droites, et les danseurs sont disposés, par ordre décroissant, vers l'extérieur. Les plus grands font les plus petits pas et les plus courts prennent les plus gros.

Et la fameuse ligne de coup de pied, où les Rockettes se joignent aux bras et jettent leurs jambes à une hauteur inimaginable, est plus impressionnante qu'il n'y paraît. De près, ils ne touchent jamais. Comme ils entrent en répétition, leurs bras planent l'un derrière l'autre. Certains danseurs gardent les mains en coupe, les autres se serrent les poings.

«Il est de votre responsabilité de vous tenir debout», leur rappelle Branam.

L'espace de répétition est rempli de fournitures médicales: rangées de rubans colorés pour les pieds douloureux ou boursouflés, bouteilles de peroxyde d'hydrogène, boîtes remplies de gouttes pour la toux, Tums, désinfectant pour les mains, Pepto Bismol, aspirine, Kleenex et gouttes oculaires. Il y a un signe pour les vaccins contre la grippe sur le tableau d'affichage.

Nina Linhart, dans sa première saison en tant que Rockette, réfléchit aux exigences physiques de la série. Ils inhalent des bananes et arrosent Powerade: des montagnes de fruits disparaissent et des réfrigérateurs bien approvisionnés sont vides dans les coulisses des Rockettes à Radio City.

Les bains de glace sont «la meilleure chose», insiste Linhart. "À la fin de la journée, nous aimons aimer les bains de glace."

Elaine Winslow-Redmond se souvient du nombre de blessures qu’elle a vues en tant que Rockette travaillant à Las Vegas dans les 1990: elles ont fait l’objet de sa thèse de doctorat sur la physiologie et la nutrition de l’Université Columbia. Maintenant directeur de l'entraînement sportif et du bien-être des Rockettes, Winslow-Redmond a fondé le programme d'entraînement sportif de la compagnie de danse 2004, qui a considérablement réduit le nombre de blessures - de 300 à moins de 100 par saison. Elle insiste sur la prévention autant, sinon plus, que les soins post-traumatiques. L'entraînement en force est une partie, l'autre est la nourriture.

TIMOTHY A. CLARY / AFP / Getty Images

«Je souligne vraiment les glucides», a-t-elle déclaré. Les rockettes ont besoin d'énergie: «Toutes mes filles sont comme des quarts de football.»

Chaque Rockette se produit six jours par semaine dans presque tous les spectacles de 100 au cours de la saison.

"Le matin, je tape toujours mes pieds, juste au cas où", a déclaré Linhart. La plainte la plus courante, explique-t-elle, est celle des cloques: «J'ai dû casser huit nouvelles chaussures… Beaucoup de filles ont déjà cassé leurs chaussures», des paires de vétérans des saisons précédentes.

Parmi la panoplie de chaussures que les Rockettes portent lors de chaque changement de costume, l'une est une chaussure avec un talon évidé où un microphone est stocké pour mieux saisir et amplifier le son de leurs pieds. Jusqu'à ce que les chaussures à talons micro aient été spécialement conçues pour la troupe dans les 1990, les Rockettes ont dansé sur l'audio pré-enregistré de leurs robinets.

Le premier travail de Nicole Baker était d'être une Rockette et maintenant elle en est à sa onzième saison.

«C'est la chose la plus difficile que j'ai jamais faite», a-t-elle déclaré, mais c'est clairement le travail qu'elle aime: elle revient aux auditions et se produit chaque année. La longévité n'est pas rare ici. Beaucoup de Rockettes dansent dans la trentaine - et certains, comme Branam ou Winslow-Redmond, poursuivent même des carrières dans l'entreprise.

Pourtant, chaque Rockette doit faire ses preuves dans les auditions annuelles. Plus de 500 femmes font la queue chaque printemps, mais juste 80 fait la coupe pour performer à Radio City.

Pour Branam, dont la carrière avec les Rockettes a commencé avec le «Spectacle de Noël» de 1988, le spectacle et ses danseurs «continuent d’évoluer et de s’améliorer» tout en honorant la tradition de danse de précision du fondateur des Rockettes, Russell Markert.

Un numéro, «Défilé des soldats en bois», est resté de ce premier spectacle 1932 à Radio City, chorégraphié par Markert avec des costumes conçus par Vincent Minnelli. Bien qu'il n'y ait pas de ligne de touche, c'est l'une des routines les plus étonnantes de la série, avec des rangées de danseurs se déplaçant avec une précision mathématique, puis s'effondrant au ralenti, comme les dominos.

"L'espace est si important", a déclaré Baker à ce sujet - et toutes les routines des Rockettes. En répétition, un réseau dense de ruban coloré marque le sol: ils utilisent une grille littérale pour affiner leurs pas.

"Ce qui se passe en dehors de la scène est aussi chorégraphié que ce qui se passe", a ajouté Linhart. Les danseurs n'ont que quelques secondes 78 pour passer de leurs costumes de soldat à leurs tenues «New York at Christmas»: pantalons pour les manteaux à carreaux, grands chapeaux noirs pour les petits bandeaux blancs, joues rouges pour les nouvelles chaussures et boucles d'oreilles. Chaque danseur va chaque fois au même endroit et partage une commode avec une autre Rockette dans une routine parfaitement calibrée.

Mike Pont / Getty Images

Le soir de l'ouverture en novembre, Radio City Music Hall était rempli d'adultes remuant leur prosecco avec des cannes de bonbon en plastique et des enfants arrachant des touffes de barbe à papa tout en portant les chapeaux de souvenirs rigides qui les accompagnent. C'est la 83rd année du théâtre Art Déco qui accueille cette tradition de Noël - en fait, les Rockettes jouées lors de la soirée d'ouverture de Radio City - et elles se complètent. Le Music Hall rayonne d’esprit de vacances.

Bien que les Rockettes soient les vedettes incontestables du spectacle, le père Noël est son narrateur. Avec un mélange d'ancien - «Parade des soldats de bois», le dernier tableau de Nativité annuel et opulent - et un nouveau - un numéro de flocon de neige, combinant «Noël blanc» et «Let It Snow», le «Spectacle de Noël» intrigue, mais avec de nombreux détours.

Le Père Noël, aidé par des rangées de rennes Rockette, quitte le pôle Nord pour New York, où il rencontre deux enfants, le vrai croyant Ben et son frère aîné, le sceptique 14, dans un centre commercial. Il montre sa magie de Noël avec une petite armée de Rockette Santas, une routine véritablement joyeuse remplie de ventres et de clochettes, et réapparaît en tant que Père Noël de l'Armée du Salut à l'extérieur d'une station de métro. Choisissez un cadeau pour leur petite soeur - une poupée Raggedy Ann, sélectionnée parmi une gamme de Raggedy-Ann Rockettes inspirée des canettes.

(Il est intéressant de noter que le Père Noël est passé d’une liste d’enfants coquins et gentils basés sur du parchemin à une liste stockée sur sa tablette.)

Ben et Patrick rentrent chez eux pour lire les récits évangéliques de Noël ensemble et la ménagerie d'animaux de la production se déroule avec dignité sur la scène: trois chameaux, six moutons et un seul âne. Même les animaux aident à maintenir la tradition - un chameau, Ted, a participé au spectacle pendant plus de X ans. C'est la routine la plus calme de la nuit, mais ses costumes à plusieurs couches sont les plus lourds de la série. Même dans le repos apparent, les Rockettes fonctionnent.

Au cours des minutes 90, le monde disparaît et parfois même les décennies intermédiaires le font aussi.

Dehors, après le spectacle, il y a de la neige sur 6th Avenue: des bulles de savon jaillissent du trottoir et de la rue au-dessus du célèbre chapiteau au néon. Les enfants et les adultes tendent les mains pour attraper les morceaux de blanc mouillés pendant qu'ils descendent. Une petite fille ramasse assez de la fausse neige pour se construire une barbe blanche et lisser ses cheveux. Surprise, ravissement, voltige sur les visages des gens - seulement maintenant, contrairement au théâtre sombre, c'est visible.

Comme toutes les choses à faire avec les Rockettes, c'est un effet produit par un travail acharné, mais avec des résultats qui sentent et ressemblent à de la magie.