France Made Affordable: Barge Right In

Notre objectif était de voyager dans le sud-ouest de la France sans sacrifier le style. Mon mari et moi savions que si nous pouvions y arriver, nous serions alignés philosophiquement sur le français. Terry et moi avions fréquenté le même lycée bilingue, où nous avions appris les rudiments de la vie en français: achetez deux tenues à la mode à porter toute la saison, écrivez des deux côtés dans votre cahieret tenez la fourchette dans votre main gauche. La directrice avait récompensé les bonnes actions avec le commandement "Allez, prenez un bol d'air frais"Elle a traduit par" Allez vous chercher un bol d'air frais ". Notre traduction était: Sortez immédiatement, même s'il pleut, car vous devez être comme les Français, qui savent apprécier un bol de rien quand ils J'ai eu la chance d’en avoir un. La leçon que nous avons apprise est que les Français sont capables de rendre l’air inestimable.

Pour optimum air frais et un bon rapport qualité-prix, nous avons choisi de louer une péniche sur le Canal du Midi, une voie navigable 150-mile qui va de la Méditerranée à Toulouse. Nous irions en septembre, après que les foules d’été se soient dispersées et que les tarifs aient baissé. Le bateau serait "self-drive", ce qui signifie que nous le dirigerions nous-mêmes. Un itinéraire 90-mile de sept jours nous conduirait d'un port près de Béziers, près de l'extrémité orientale du canal, à travers les vignobles et les villages jusqu'à Carcassonne, connue pour sa forteresse médiévale et enfin à Castelnaudary.

Après avoir volé à l'aéroport de Montpellier, Terry et moi avons fait une heure de trajet en train jusqu'à Béziers. Nous avons escaladé les rues étroites et pavées de Vieux Béziers, un village médiéval, à côté de petites boutiques et de maisons en pierre calcaire. Du haut de la colline, la vue était panoramique: le canal étroit, la brume qui s'en dégageait, traversait de subtiles parcelles de forêt verte et des terres agricoles plus vertes. Nous avions à peine assez de temps à l'intérieur de la cathédrale de Saint-Nazaire pour regarder les superbes vitraux; l'église et tout le village étaient sur le point de fermer pour le déjeuner. En descendant la colline, de lourds volets ont été fermés tout autour de nous et Vieux Béziers est devenue une ville fantôme médiévale.

Après avoir passé la nuit dans un petit hôtel, nous avons fait nos courses au marché du samedi matin dans le centre-ville. Notre agent de location avait fourni une liste des articles nécessaires pour le voyage. Certains d'entre eux - «biscuits pour chien, un must absolu», par exemple - étaient mystifiants. Nos meilleurs achats ont été les vins locaux et les fromages de chèvre du Languedoc et un échantillon de miel fabriqué dans la région du Minervois, au nord-est du canal.

Ramasser notre péniche - plus comme un camping-car flottant - à la gare de Rive de France était facile. Nous avons laissé un dépôt $ 650 avec le directeur de la station, M. Lesieur, qui était une version adulte de Tintin, et nous étions prêts à embarquer. Notre bateau avait des ponts avant, arrière et supérieurs. Le salon de la cabine, avec une table en bois, quatre chaises en toile, un canapé et un lit escamotable pour les visiteurs, servait de poste de pilotage et la salle de bain se transformait en douche. La cuisine était équipée de plus d’outils de cuisine que nous n’aurons jamais à la maison. À l'arrière du bateau se trouvait la chambre qui avait un lit double composé de draps en coton et une courtepointe. La compagnie de location nous a loué des vélos Kermit-Green, semblables aux Huffys pour enfants. Ceux-ci nous ont attaché à la poupe. Après avoir reçu une leçon 15-minute sur le démarrage, la rotation et l’arrêt du chaland, nous étions en route.

Et c'était très lent. À plein régime, le bateau a fait un zoom avant de cinq milles à l’heure, bien que nous ayons été avertis que le maintien de cette vitesse serait considéré comme imprudent. L’un d’entre nous a guidé tandis que l’autre arpentait le bateau. Ensuite, nous avons échangé des rôles. Un début de conversation typique était "Hey, tu as réalisé que la table tourne?"

Peu à peu, nous avons compris que ces vacances allaient être profondément françaises: tout était une question de bonne nourriture, de bon vin et de bonne conversation. Nous sommes allés tous les trois. Puis le soleil s'est levé - la température était à peu près à des degrés 80 - et il y a eu un certain ressentiment de la part de quelqu'un qui est resté coincé pendant que l'autre reposait sur le pont en feignant la surdité. Les choses se sont améliorées lorsque nous avons appris que la personne qui dirigeait pouvait le faire tout en restant assis dehors, la jambe passant par la fenêtre, le pied sur la roue. Conduire le bateau était si facile.

Les premiers kilomètres du canal étaient bordés de grands marronniers, leurs ombres s'étendant paisiblement dans les eaux vertes. Au-delà des rives se trouvaient des vignobles et parfois un chemin de terre menant à une maison isolée ou à un château dont on pouvait distinguer les toits de tuiles sur des murs recouverts de vigne. Le niveau de relaxation que nous avons atteint était luxueux. Pendant de longues périodes, nous n'avons passé aucun bateau; chaque fois que nous en passions une, il y avait du temps pour discuter avec les autres membres de l'équipe. Les Allemands rencontrés étaient les plus compétitifs pour obtenir une bonne position dans les virages du canal. Les Italiens se sont tous égarés dans leur enthousiasme - mais, pour être honnête, les trois équipages italiens avec lesquels nous avons parlé étaient en vacances parce qu’ils avaient partagé un billet de loterie gagnant. Les Britanniques étaient les mieux, bien, les Britanniques: ils avaient tendance à dégager un sentiment de propriété du canal. Les Français avaient le plus Équilibre, en montrant à leur manière et habiller un équilibre parfait de simplicité et de dignité. Les seuls Néerlandais que nous avons rencontrés nageaient joyeusement dans le canal, ce qui n'est pas recommandé par quiconque. Après avoir perdu de vue leur bateau, notre défi consistait à nous rattraper et à voir si l'équipage avait survécu. Nous n'avons jamais réussi. Le baring n'est pas pour le but.

Deux fois seulement, une péniche de travail «réelle» passait, et les deux fois c'était la nuit, quand les bateaux de plaisance ne sont pas autorisés à opérer. Les barges étaient au moins longues de 70 et empilées de grain, leurs moteurs bourdonnant bruyamment alors qu’elles traversaient l’eau sombre à ce qui nous semblait être, alors que nous regardions nos fenêtres à rideaux, à un rythme alarmant. Plus souvent, nous avons rencontré des "vraies" péniches converties en belles péniches. La plupart avaient des touches spéciales comme des boîtes à fleurs aux fenêtres et des noms richement peints, toujours français ou britanniques. Nous savions que ceux-ci pouvaient également être affrétés - pour un prix plus élevé - et nous commencerions à balayer notre pont en fibre de verre dans une tentative jalouse et futile de faire le point.

Notre première chance de s’entraîner était au début du voyage, au restaurant du Château de Colombiers, qui nous avait été recommandé par notre agent de location. Nous avons dirigé le bateau doucement le long de la berge - une manoeuvre comme tirer une auto-pare-chocs jusqu’à un rebord de pare-chocs - puis nous avons enfoncé des piquets dans le sol, que nous avions l'habitude de sécuriser. (Les bargers s’accrochent de cette façon partout où ils veulent se promener, faire du vélo ou se reposer pour la nuit.) Le château 11thiècle sert le déjeuner et le dîner dans quatre chambres décorées d’antiquités et sur une terrasse gazonnée donnant sur le canal. Nous nous sommes régalés du saumon, du foie gras et d'une assiette de moules.

Une heure de plus après le canal, nous nous sommes arrêtés et nous sommes montés à vélo sur des collines rocheuses, en passant par les champs de blé et les vignobles jusqu'à L'Oppidum d'Ensérone. Reposant précairement sur une étroite falaise, ce sont les ruines d'une colonie datant de 600 avant JC, avec des bunkers abritant d'énormes pots d'argile rouge. Tout en bas, à l’est, se trouvait l’étang de Montady, les restes d’un système d’irrigation médiéval qui ressemble à une tarte à l’acre 500, chaque parcelle étant plantée de céréales ou de foin, avec un étang sec au centre. En regardant à l'ouest du fort, on pouvait voir des traces d'une autoroute romaine s'étendant jusqu'à l'horizon.

À la nuit tombée, nous nous sommes arrêtés à Capestang, un village dont le centre animé est un microcosme d'une communauté française, avec chacun des éléments essentiels: tabac, pâtisserie, boulangerie, boucherie, café-bar et église. Nous sommes tombés sur un concert dans la cour donné par un club local et avons essayé de nous fondre dans une foule qui semblait inclure la population entière de la ville - à propos des gens de 400. Nous sommes arrivés juste à temps pour écouter un orchestre complet jouer "My Way" de Frank Sinatra, une chanson qui prend un sens nouveau lorsqu'elle est interprétée par des Français qui se tapent tous poliment mais fermement.

Il y a un restaurant fabuleux à Capestang, le Domaine Cros Reboul - on en avait entendu parler par des péniches allant dans la direction opposée - mais quand nous sommes arrivés, il était fermé pour toute l'après-midi. L'une des réalités de notre itinéraire était que nous devions couvrir les miles 13 par jour, soit quatre heures de voyage, pour rendre le bateau à l'heure. Hélas, le Domaine est resté un fantasme de vin parfait, de fromage et de pâté dans un jardin extravagant, et nous sommes retournés à notre bateau pour un pique-nique de vins, fromages et pâtés moins parfaits, garnis de fleurs des bords des canaux.

Le lendemain matin, nous sommes passés devant une forêt immuable, la lumière du soleil traversant les arbres et les fleurs. Nous avons profité de ce moment particulièrement calme pour faire le point sur Pierre-Paul Riquet, collectionneur d’impôts salés né à 1604 et devenu obsédé par la construction du canal pour améliorer le commerce du sel. Nous avons découvert qu'il avait personnellement financé une grande partie du projet, ce qui a pris plus d'un an que 15 et plus de 12,000. Mais il est mort pauvre homme à 1680, six mois avant la fin du canal. Nous avions pris une carte postale de M. Riquet à Béziers - il avait de longues mèches bouclées sur un col orné, une fine moustache et des yeux penauds et tristes - et nous les suspendions maintenant au mur de notre péniche, avec une promesse de venger sa ruine financière en obtenant un bon rapport qualité-prix sur le canal du midi.

Nous avons croisé un pont canal, un aqueduc sur une vallée et conduit dans le Somail. C'était le plus joli des villages que nous avons vu, avec des lauriers-roses et des roses partout. Dans Livres Anciens, près de la rive du canal, nous avons parcouru deux histoires de livres anciens; il y avait plus de 30,000 en stock. Nous avons acheté un atlas européen 1890. Non loin du village, nous nous sommes arrêtés au vignoble du Château Bassanel. Comme la plupart des autres vignobles situés le long du canal, Château Bassanel vend des vins au goût de bouteilles $ 65, mais qui coûtent aussi peu que $ 5. Paul Jeanjean, qui a grandi sur le vignoble et le dirige maintenant avec ses deux filles, nous a fait visiter sa brique et sa pierre grottes doublé de fûts de chêne teinté de rouge.

Jusqu'à présent, nous n'avions pas ressenti le besoin de consulter le manuel du capitaine, notre théorie étant que le mystère a ajouté à l'excitation du voyage. Nous avons donc été très surpris de voir notre première écluse, l’Argens Lock, avec ses mâchoires de fer ouvertes.

Entrez les seuls autres Américains que nous devions rencontrer lors de notre voyage: les agents de bord vétérans de Delta Air Lines de 10. Ils étaient sur le plus grand bateau disponible, affrété par le biais de la Crown Blue Line, une compagnie britannique, et la vue de ceux-ci naviguant sans encombre dans le sas, chacun faisant son travail avec une précision d'horlogerie, se déplaçait. Encore plus émouvant était la vue de leur venir en aide lorsque notre bateau se débattait comme la cloche remplie d'eau - ni Terry ni moi n'étions sortis pour attacher notre chaland aux piquets de fer qui étaient maintenant à plusieurs pieds au-dessus de nos têtes. la paroi supérieure de la serrure. Nous regardions la panique de nos fenêtres lorsque Lynn, une femme athlétique avec une attitude sage, nous a demandé de lui lancer notre ligne. Pendant tout ce temps, le gardien nous a énergiquement ignoré, tandis que son chien est devenu amicalement suspect, puis s'est soudainement allongé et a boudé. Nous avons compris, trop tard, le besoin de biscuits pour chiens.

Il y a des écluses 66 entre Argens et Castelnaudary, presque toutes conçues par Riquet. La serrure à double porte a été inventée par Leonardo da Vinci dans les derniers 1400; L'amélioration de Riquet consistait à courber les parois de granite de la chambre de serrure pour qu'elles puissent mieux résister à la pression. Chaque écluse est exploitée par un gardien qui vit ou passe ses journées dans une maison en pierre située à côté du canal. À l'approche des bateaux, il quitte sa fenêtre ou sa chaise ou son poste de pêche pour faire tourner les manivelles qui ouvrent et ferment les vannes. Certains gardiens tirent une énorme fierté de leurs serrures, ornent les jardins de jardins fleuris et de sculptures en bois, ou fournissent aux voyageurs des stands de ferme. D'autres se renfrognent en quittant la maison, en essuyant les miettes de baguette.

Lorsque nous sommes arrivés à une autre écluse après un long tronçon sans villages, une entreprise Boucher tiré dans un camion avec une sirène retentissante, et nous avons acheté du pâté. C'était une bonne chose que nous fassions: la prochaine écluse était fermée pour le déjeuner, alors nous avons pique-niqué avec un couple allemand sur leur bateau. Notre conversation était incompréhensible (tout ce que j'ai compris, c'est que l'homme est soit un scientifique, soit un publicitaire, avec de fortes opinions sur le tourisme), mais nous sommes tous d'accord pour dire que le pâté était excellent.

En voyageant vers l’ouest, notre péniche a traversé de vastes champs de tournesols noircis dont la saison avait pris fin en août. Une petite foule de bateaux apparut alors que nous nous approchions de Carcassonne; le canal se lève brusquement devant la ville, nécessitant une série de serrures appelées échelles à écluse. À ce jour, Terry et moi étions extrêmement fiers de notre capacité à glisser d'un pas à l'autre, mais Carcassonne a présenté des défis de navigation. les péniches se garaient et tournaient partout. Une fois que nous avons réussi à transpirer à travers la foule et à débarquer, nous nous sommes retrouvés dans une vraie ville, même si petite, et nous avons réalisé à quel point les trois jours précédents avaient été paisibles.

Carcassonne est une mine de marchés et de magasins, et un sentiment d’anticipation et d’excitation règne dans la partie moderne de la ville. Beaucoup de gens dans les rues se dirigeaient vers La Cité, la forteresse médiévale étonnamment bien conservée et largement reconstruite sur une colline. Notre pèlerinage a commencé juste avant un pont pavé menant à la base de la colline. Ici se trouvait la chapelle Notre-Dame, dont les murs intérieurs étaient presque entièrement recouverts de carreaux de marbre, chacun gravé MERCI. La minuscule église était éclairée par une lumière colorée qui coulait à travers des vitraux et par des bougies le long des murs. Un livre sur un podium était rempli d'entrées manuscrites, la plupart en français, certaines en italien ou en grec, toutes similaires: Mary, merci de garder ma famille en sécurité. Mary, s'il te plaît, garde mes enfants de tout mal. J'ai feuilleté jusqu'à ce que je trouve une entrée en anglais: Grande église!

Entre Carcassonne et Castelnaudary, les vignes cèdent la place à des champs accidentés et finalement à une forêt épaisse. À ce jour, nous voyagions plus ou moins en tandem avec les agents de bord Delta, nous arrêtant de temps en temps pour des cocktails sur leur bateau, ce qui nous a permis de comparer les tenues de location Crown Blue Line et Rive de France. La différence était cohérente avec celle entre la culture britannique et la culture française: notre bateau était plus simple mais sa cafetière était meilleure. Nous avons appris que plus le bateau est gros, plus les options sont nombreuses. Les plus grands bateaux ont un poste de pilotage extérieur: pas de conduite sur pied pour l'équipage de Delta.

À Castelnaudary, nous avons organisé un cocktail pour marquer la fin du voyage et célébrer le 50ème anniversaire de Lynn, notre sauveur à l'écluse d'Argens. Castelnaudary, une ville animée pleine de restaurants et de boîtes de nuit, est le quartier général du canal de la Crown Blue Line. Soudain, nous étions entourés de barbiers - principalement des Britanniques - faisant la fête dans le port. Mais à mesure que la nuit tombait, les voyageurs se retiraient dans leurs cabines. Un par un, les péniches se sont éclairées, laissant passer la lumière au-delà des rideaux et des fenêtres ouvertes, à la surface du canal.

Avec les agents de bord, Terry et moi sommes allés au restaurant touristique mais charmant Hostellerie Etienne pour découvrir le légendaire cassoulet de Castelnaudary, un riche ragoût de viandes, de haricots et de légumes. Nous nous sommes assis sur une terrasse sur le trottoir pour comparer les histoires des gens que nous avions rencontrés sur le canal. Il s'est avéré que pendant que Terry et moi essayions de converser avec des matrones et des épiciers français, l'équipage de Delta était heureusement entouré de bateaux remplis d'hommes coquets.

Nous avions tous un appétit pour le vin au cours de la semaine et la conversation est devenue un peu chahutée. Nous pouvions déjà voir l'essence de notre voyage s'échapper. Mais Terry et moi nous nous sommes regardés avec le sourcil levé que nous avions appris de notre directrice française, et notre détermination était claire: à tout prix, nous conserverions notre nouvelle grâce et notre simplicité.

Jessica Dineen est rédactrice associée chez Voyage et loisirs

Jody Lexow Yachts Charters (800 / 662-2628) peut vous mettre en relation avec une société de barge auto-conduite. Rive de France (33-1 / 41-86-01-01, fax 33-1 / 41-86-01-02), que nous avons choisi, semble être préféré par les Français, alors que Couronne Blue Line (44-160 / 363-0513, fax 44-160 / 366-4298) est le favori parmi les anglophones. Un voyage de sept jours de Béziers à Carcassonne permet la visite la moins rapide de tous les sites et villages.

Frais remboursables:

Train et taxis $ 160
Location d'une semaine en péniche $ 1,000
Location de vélos $ 50
Epicerie $ 120
Repas au restaurant $ 240
Total (pour deux personnes) $ 1,570

meilleurs restaurants le long du canal

  • Château de Colombiers 1 Rue du Château, Colombiers; 33-4 / 67-37-06-93; dîner pour deux $ 58. A cinq kilomètres de Béziers. Essaie le magret de canard.
  • Domaine Cros Reboul 3 Rue Paul Bert, Capestang; 33-4 / 67-93-48-90; dîner pour deux $ 20. Un restaurant et un établissement vinicole - des dégustations et des visites sont disponibles - connus pour leurs plats régionaux, en particulier le coq au vin.
  • Auberge de la Croisade Port Seriège, Hammeau de la Croisade, Cruzy; 33-4 / 67-89-36-36; dîner pour deux $ 40. À environ trois miles à l'est du Somail. Optez pour l’atmosphère élégante et la morue aux moules au safran.
  • La Cascade A mi-chemin entre Le Somail et Argeliers; 33-4 / 68-46-30-07; dîner pour deux $ 66. Les deux propriétaires anglais servent une cuisine d'Extrême-Orient avec une touche britannique. Manger sur la terrasse près de la cascade.
  • Auberge de l'Arbousier 50 Ave. de Carcassonne, Homps; 33-4 / 68-91-11-24; dîner pour deux $ 45. Une salle à manger qui ressemble à un pavillon de ski scandinave. Suberb pan-frit agneau avec sauce au thym.
  • Hostellerie Etienne Rte. Nationale 113, Labastide d'Anjou; 33-4 / 68-60-10-08; dîner pour deux $ 40. A le cassoulet définitif, avec un patio extérieur idéal pour regarder les gens.

où faire des folies

Hôtel de la Cité Place de l'Église, Carcassonne; 800 / 237-1236 ou 33-4 / 68-71-98-71; double de $ 257. C'est l'endroit idéal pour se faire plaisir: réservez une nuit dans l'un des hôtels les plus spectaculaires de France. Il se trouve le long des murs de la forteresse intérieure de La Cité; la piscine, visible depuis l'enceinte médiévale poussiéreuse, ressemble à un mirage bienvenu. Les chambres sont élégantes, avec des poutres apparentes et des tapisseries florales. Le restaurant sert le meilleur de la cuisine française dans une salle à manger digne de la royauté, dotée de cheminées et de chaises cathédrales.